Jim
Washington
New yorker
Bang Bang
Au Mont Sans-Souci
Le fier amant de la terre
Belgrade
Ami amour amant
Polly Jean
Les hérons
Belgrade
Nu dans la crevasse
Viva Calexico
   

 

 

 

 

 

Jim


Jim
Murmurant
A cheval
Emouvant
Dans la nuit de son âme
Ivre comme une tige
Que le monde étonne
Puis pris de vertige sous la grande étoile
Où il vit

Il sent dans son cœur
L'hérédité des Flynn
Ces voleurs de splendeurs
De concessions de mines
Entre Prince et Spring
Sur le grand domaine
Où toute beauté prise
Sans fin se démène
Good night Jim


Never on such a night have lovers met...

Il n'a plus de frissons
Aux frissons de la Belle
Dans les cordes
Sous une pluie surhumaine
Quel est ce mystère
Mais que font les dieux ?
Sur ce carrousel
D'orgueil et de feu
Où on vit

As-tu vu manquer ton âme
As-tu vu manquer...

 

Entre Prince et Spring
Sur le grand domaine
Jim
Murmurant
Aime en criminel

 

Never on such a night have lovers met...

 

 

 

Washington

 

Où vous met-on l'Indochine?

Et le corps de Lumumba?

Alors toujours à l'émouchine

Hé Washington

 

Où met-on la mer d'Aral?

Où vous couche-t-on Pénélope?

Faut aimer jouer des coudes

A Washington

 

Où met-on le kurde Apache?

et l'épouse de Fernando?

Alors toujours à l'émouchine

Hé Washington

 

Où vous met-on Ochalan?

Où doit-on parker la Twingo?

Maintenant que tout le monde dîne en ville

À Washington

 

 

 

 

 

New-Yorker

 

Soudain les dimensions peinent

puis un jour pareil au même

on se dit assez rêvé

tiens pourquoi pas new-yorkais?

 

On compte les fuseaux horaires

on se bouscule les manières

on se dit putain poussière

vole dans une autre lumière

 

On loue de grandes automobiles

on croise des milliers de filles

on se sent l'esprit tranquille

new-yorker en new-yorkais

 

Un jour revient le spleen

d'une autre guitare on s'entiche

elle a un prénom rêvé

new-yorker en new-yorkais

 

Viennent alors d'autres chansons

qui nous surprennent par ce ton

ce ton un peu moins fragile

qui nous laisse tout étonné

 

On traîne les soirs au Tonic

voir ce Marc Eitzel que l'on flique

on pense que viens-tu chercher

new-yorker en new-yorkais?

 

Puis la neige fixe nos pas

on sent d'où l'on vient où l'on va

dis qu'y a-t-il à changer

new-yorker en new-yorkais?

 

On sent une affaire de style

on est dans le difficile

on sait que tout recommencer

serait aussi vain que de prier

 

On file dans un autre club

où l'autre Marc

jusqu'à plus d'heure

laisse toutes les notes danser

new-yorker en new-yorkais

 

On sait que la musique est amour

qu'il ne faut plus tourner autour

même si nos mots en français

ne réparent que de l'usé

 

C'est dur le choix d'une vie

quand on a plus le choix du pays

un jour pas plus avancé

on se dit, tiens, faut rentrer

 

Pour quelques mois au moins

new-yorker en new-yorkais

 

 

Bang Bang

 

Tous vos désirs me dominent
Tous vos rires tous vos enchantements
Chaque geste

Même inutile
Mêle au désir un affolement
Est-ce ainsi d'écorce
Fille
Que l'on va au monde épais
En quelques battements de cils
Que la pluie de-ci de-là
Inonde

Avez-vous vu le contour
Est-on encore loin du Pacifique
Eh ! Louison gueule d'amour
Attends-tu que te défigure le cockpit
Est-ce ainsi d'écorce
Fille
Que l'on va de-ci de-là au monde
En quelques battements de cils
Que la pluie de-ci de-là
Inonde

 

Bang bang bang
You shot my heart...

C'est le monde qui s'arc-boute
Dans quelques instants nous verrons les cieux
De la piste
De l'autoroute
Où l'on jure que l'on est amoureux
Est-ce ainsi d'écorce
Fille
Que l'on va de-ci de-là au monde
En quelques battements de cils
Que la pluie de-ci de-là
Inonde


Bang bang bang
You shot my heart...

 

Est-ce ainsi d'écorce
Fille
Que l'on va de-ci de-là au monde
Mais jetez quelques instants
Votre doux regard
Au fond des tripes

 

Bang bang bang
You shot my heart...

 

Mais qu'auriez-vous fait sans moi, mes petits chats?
Eh bien... obéi comme des cadavres!
Mais qu'auriez-vous fait sans moi, mes petits chats?
Eh bien... obéi comme des cadavres... tiens!

 

 

 

Au Mont Sans-Souci

 

Les enfants forment une ronde
Les monos sont jolies
Allez suer belles têtes blondes
Aux Thermes de Choussy
Allez soigner à l'arsenic
Vos souffles affaiblis
L'air est si doux dans la bruyère
Au Mont Sans-Souci

Dieu les enfants aiment la sieste
- D'eau tout étourdis -
Les filles de Cadet Roussel
Pendant ce répit
Venaient pour une heure à peine
Voir les gars du pays
Venaient chanter dans la bruyère
Au Mont Sans-Souci

J'en pinçais pour une infirmière
Une brune plutôt jolie
Je suivais comme Davy Crockett
Son large parapluie
Au Ciné Vox elle m'emmenait

Voir un Guitar Johnny
Je n'avais qu'une idée en tête
Le Mont Sans-Souci

 

J'aimais déjà dire je t'aime
Je t'aime je lui dis
Je savais que dans une semaine
Elle serait loin d'ici
Tous ces amours de courte haleine
Embellissaient nos vies
D'un éclat mauve de bruyère
Au Mont Sans-Souci

Les baisers le doux manège
Viens donc je te suis
Sauras-tu tenir ta promesse
Et m'aimer cette nuit
Quand s'entrouvraient à la lumière
Les Portes du Paradis
J'aurais passé ma vie entière
Au Mont Sans-Souci

Herbe têtue rouge calèche
Toboggans rentrés
Le temps est long qui nous ramène
Les filles avec l'été
Quand l'éclat mauve délétère
N'éclaire plus ma vie
Je vais dormir dans la bruyère
Au Mont Sans-Souci

 

 

 

Le fier amant de la terre

 

Je suis du peuple nu qui se déchire en toi
Sur des chairs inconnues en un violent combat
Dans ce monde moderne je ne suis pas chez moi
Merci pour tant de peine mais je ne t'aime pas

Je suis un étranger dans tes wagons d'amour
Volage j'attendrai patiemment mon tour
Sur des révolutions qui n'éclateront pas
J'ai bâti ma raison oui méfie-toi de moi

J'avance dangereux fort comme l'ours blanc
Humide au fond des yeux violent comme un enfant
Si ton piège est ce coeur doublé de camélias
Qui traîne dans ma rue l'ours te le crèvera

 

Je te laisse imbécile avancer dans la joie
Le ver est dans le fruit il te suit pas à pas
Divine l'univers non ne t'appartient pas
Ma rage est vengeresse oui méfie-toi de moi

J'ai vécu tant d'années malade à en crever
Couché auprès d'un corps insolent de santé
Dans ce rapport de force apparent contre moi
J'ai bâti ma raison oui méfie-toi de moi

Si le temps nous sépare le temps comme un sorcier
Lui saura te reprendre ce que tu m'as volé
Tu ignores la pénombre je sais où me cacher
Moi le fumier du monde où tu veux te planter

 

 

Belgrade

 

Cette conne au pluriel
Boutefeu criminelle
Et nous déconnés
En sang

Ballerine à Lausanne
A l'aise dans le dédale
Dieu que la Corrèze est liquide

Les faubourgs de Brive
La tigresse s'excite
Quel étrange nom Arkan

Tous les Nagras les pixels
No use dans ce bordel
Stop Eygurande
Faut suivre...

 

J'asperge au Tabasco
Ma platée d'aligot
Belgrade et deux kirs
Tak oui tak
Réfugié à Crémone
Sucé à Washington
Ai perdu tous mes amis

Il écrase sa gitane
Ane bâté le vieil âne
Allez patron et deux demis

 

Rendez-vous au forum
A droite après Charonne
Oradour pour mieux dire

Ou tu me termines au Phidias
Dehors comme en chasse
Belgrade ta gueule...

 

 

 

Ami Amour Amant

 

Chemine l'amour

Férocement

Amour du fond des temps

Amant de la terre

Noble ami des bois

Je m'applique la loi

 

Sans paravent

En mélodies

Aux quatre coins 

De la vie

Tour à tour

Fidèlement

Ami amour amant

 

Vol de pollen

Senteur libérée

Ami des champs versés

Comme un gibier fauve

Qu'excite le sang

Je vais à belles dents

 

Mêle au bonheur

Un peu d'effroi

De connaissance et d'émoi

Vont dans mon coeur

D'une même vie

L'amour l'amant l'ami

 

Si certains matins

Prêt à tout quitter

Camisole bouclée

Livré à la bise

Aux rêves mauvais

En état d'hyménée

 

Vient dans mon coeur

L'événement

Biologique

Renversant

Je tourne aval

Dans le courant

Ami amour amant

 

Repose le thym

Et la giroflée

Aux portes du glacier

Des fleurs connues

Punitivement

Pistils volent au vent

 

Commis de jour

Commis de nuit

Qu'elle est cette confrérie

Moi le grand rapide

Je descends

Ami amour amant

 

 

 

Polly Jean  

Je voulais voir des corsaires
User des espadons
Me baigner nu dans la mer
Changer de religion

Enfin sauter du manège
Chavirer dans la nuit
Voir si je serais le même
Sur la mer en furie
 

J'avais rêvé de poursuivre
Sur des rochers luisants
Le galurin de PJ
Galure rouge sang

 

Profilée dans ses étoffes
Elle hâtait le pas
Elle embrasa
Comme fastoche
Toutes nos haies de lilas

La houle du désir
Emportait Saint-Malo
Nos cœurs évanouis
Gisaient au fond de l'eau
 

J'ai soulevé la mantille
Aspergé de citron
L'âme grise qu'on aspire
 

Je regarde et me fascine
La vague où je m'ébats
J'y vois rouler des mantilles
Que je ne connais pas

Voilà déjà que claque
Son tissu rouge sang
Elle en coiffe sa tête
Et me glace Le sang

 

J'avais rêvé de poursuivre...

 

Même pris par la police
Police des sentiments
Je garde intact mon désir
Rouge sang Dedans

Sur les mâts de misaine
Les marins vous diront
Que le galure de la reine
N'existe qu'en chansons

J'avais rêvé de poursuivre...

 

Les hérons

Le vent de Fœhn et de Lombarde
Viendra déposer
Je le crains
Son blanc manteau
Mon camarade
Sur l'âme folle qui nous tient

Le vent d'Ecir sur la Limagne
A abattu tous les hérons
Partout on ne jure que mitraille
Que vengeance
Que punition

On jure par les saillies du diable
Qu'un mal qui épargne les chiens
Tuerait les amants en cascade
Tous les gens jeunes
Les gens sains  

Que dans les ronces vers la Sagne
Où se retirent les hérons
En larmes bleues
D'un bleu final
Savent mourir
Les compagnons

Sait-on la Dame qui nous peine
Eprouve-t-elle un grand chagrin
Son triste cœur
Ce bois de hêtre
Nous ferait donc croire Au Malin

Si je t'écris mon camarade
C'est pour parler de la saison
Si je t'écris
C'est que le vent de Fœhn et de Lombarde
A abattu
Tous les hérons

   

Nu dans la crevasse

 

Nu dans la crevasse
Prisonnier des glaces
Je n'ai plus le temps
Le temps me dépasse
Faites de la place
Je suis un éléphant
Je suis dans le vide
Perdu vers les cimes
Sur l'autre versant
Bruits de crinoline
Passent les cabines
Volent les passants

Je suis dans l'éponge
La rosière songe
Il faudrait partir
L'autre pont s'effondre
Mais que fait le monde
Serait-on trahis
Bête on assassine
Pour un triste signe
Aux déesses mortes
Je ne veux plus être
Celui qui tète
Celui qui va

How many roads to cross
How many rivers to cry


Qu'est-ce qu'elle a ma tronche
Oui j'habite aux Longes
Je suis étranger
Cette pluie qui cingle
Sur ma carlingue
C'est ça ton alphabet
Il n'y a plus de roches
Après tout qu'importe
J'étais à genoux
Je ne veux plus être
Ce pin sylvestre
Ce fond de saindoux

Nu dans la crevasse
J'ai perdu la trace
Perdu le sentier
Qui voudrait en gage
L'alliance écarlate
D'un preux chevalier
On annonce la neige
Une neige épaisse
Comme du velours
Grand mélancolique
Aspic des neiges
Pourris-moi
Pourris

How many roads to cross
How many rivers to cry

 

Nu dans la crevasse
Je trouve dégueulasses
Tous mes souvenirs
Hier à la poste
J'avais une mine atroce
Mais que font les gens?
Ils collent des plumes
Ont des tonnes d'amertume
Crient orang-outang
Dent de la Rancune
Il n'y a plus de plumes...

Un molosse jappe
C'est le laitier qui passe
Il n'a rien à dire
La rumeur d'en face
Fait jusque dans la glace
Des bruits alarmants
J'ai mes portes solides
Prises dans l'acide
Sur l'Oreiller Killy
Nom de Dieu de femme
Jette le harnais
Viens me prolonger

How many roads to cross
How many rivers to cry
 

Nue dans la crevasse
Putain de pétasse
Je suis orpheline
Au Trophée des Glaces
J'avais pris des places
L'autre jour à Tignes
Il voulait refaire
A ses ailes de vair
Des carres sans fils
Hier au Funival...

J'étais à la Daille
On voyait que dalle
Sur la Génépi
Pour la jouer poète
Il avait en tête l'Oreiller Killy
Il était volage
Dans tous les virages
En schuss allemand
Tous il vous embrasse

How many roads to cross
How many rivers to cry

 


Nu sous la mantille
Si Marlène passe
Dites-lui le pire
Que son homme
Brillant au Kandahar
Traîne à Chamonix
Adieu fine tige
Brute d'avenir
Brute de raison
Que l'engin m'efface...

How many roads to cross
How many rivers to cry

 

 

     

Viva Calexico

 

Dans mon brouillard
J'ai lu
Arizona
Dans mon brouillard
J'ai lu
Mais tu es qui, toi?

Calexico ...

Too tough to die

J'ai lu
Regarde-toi

Lu
Profondément bête
Tu méditeras

 

Je ne voyais plus dans la culbute
Aimer
Mais qui peut sans façon être sûr

 

En terre humaine
Je suis d'Arizona
L'âme et le cœur cher Al
Tout à la fois

Jje ne voyais plus dans la culbute
Aimer
Mais qui peut sans façon être sûr

Hey! Joey, John,
Are you sure, les gars?...
Oui je vois mieux qui je suis moi là

Avec Calexico ...