01 CHACUN VENDRAIT DES GRIVES
02 CHANT SOVIET
03 J'AI FRÉQUENTÉ LA BEAUTÉ
04 BLUES DU CYGNE
05 DANS LA DIRECTION DU CREST
06 LA CHÈVRE ALPESTRE
07 QU'EST-CE QU'AU FOND DU CŒUR
08 LES RONCES
09 MUJADE RIBE
10 VALLÉE DES MERVEILLES

11

LE JOUR SUR LÈVE SUR CHAMABLANC

12

NEIGE ET PLUIE AU SANCY

13

COL DE DIANE

14

NOYADE AU CHAMBON

15

TOUT M'ATTIRE

16

FRELONS D'ASIE

17

LONG JOHN

18

CHAGRIN VIOLETTE

19

CAMPING A LA FERME

20

PASSIONS TRISTES

 

 

CHACUN VENDRAIT DES GRIVES

 

Chacun vendrait des grives

Des lièvres et de la myrrhe

3 009 habitants

En comptant les enfants

5 000 têtes de bétail

A la ville à la campagne

Le tout à bas prix

Oh quelle vie

 

Encombré de bois

Confondant le haut et le bas

Couverts du même tapis

Oh quelle vie

 

Hé berger de village

Hé paroissien de montagne

Où finit le hameau

Tout là-haut

C'est la fin du village

Par la ville à la campagne

Horizon à présent

L'arrière rejoint l'avant

 

Tourné vers l'armoire

Pour y rencontrer le miroir

Dans son collier de laiton

Que ce monde est con

C'est la fin du village

Par la ville à la campagne

Horizon à présent

L'arrière rejoint l'avant

 

Chacun vendrait des grives

Des lièvres et de la myrrhe

114 habitants

En comptant les enfants

C'est la fin du village

Par la ville à la campagne

Horizon à présent

L'arrière rejoint l'avant

 

Quel étui de moi

Vient rouler dans cette nuit

Quel bleu noir

Bleu noir à l'infini

 

 

 

CHANT SOVIET

 

On a tous un chant soviétique

Qui traîne au fond de soi

Un air qui craque sous le givre

Ayez pitié de moi

 

Roule roule le train soviétique

Dans une nuit lilas

Corps perdu dans la forêt arctique

Ayez pitié de moi

 

Tout me passe le poison chimique

Et je ne réponds pas

Chromosomes d'état soviétique

Ayez pitié de moi

 

Viande rouge à la pénicilline

Pour la millième fois

Revoilà la putain soviétique

Ayez pitié de moi

 

Où est la photographie de la fille

A poil dans la taïga

Mais que fait la putain d'Amérique

Ayez pitié de moi

 

La personne légèrement humide

Fait ce qu'elle veut de moi

Mais que fait la putain d'Amérique

Ayez pitié de moi

 

 

 

 

J'AI FRÉQUENTÉ LA BEAUTÉ

 

J'ai fréquenté la beauté

Tout le mois de juillet

Pauvre cœur je manquais d'amour

J'ai fréquenté la beauté

Chaque jour abreuvé

A l'illusion des toujours

L'amour qui sait dévorer

Qui nous jette au panier

Pleurnichant route de Latour

L'amour qui sait nous tromper

Jamais sûr d'être aimé

Par l'hirondelle des faubourgs

J'ai fréquenté la beauté

Je n'en ai rien gardé

 

J'ai fréquenté la santé

Chaque matin le lait

Cœur humide j'honorais l'amour

J'ai fréquenté la santé

Par les champs les forêts

Partout où me menait le jour

Derrière la Banne au Fohet

Nu parmi les genêts

Je suivais la cavale amour

J'ai fréquenté la santé

Baiser boire et manger

Pour l'hirondelle des faubourgs

J'ai fréquenté la santé

Je n'en ai rien gardé

 

J'ai fréquenté la gaieté

Tout un mois de janvier

Nuit et jour il neigeait autour

J'ai fréquenté la beauté

Sur la A sur la B

A l'enchainement des toujours

Au luxe qui garde le corps

Sans regrets sans remords

Sous la cascade qu'elle adore

J'ai fréquenté la gaieté

Mais je n'ai rien gardé

De l'hirondelle du faubourg

J'ai fréquenté la gaieté

Je n'en ai rien gardé

 

 

 

BLUES DU CYGNE

 

Tous sont éveillés à minuit

Tous espèrent un baiser de la nuit

Tous voient la queue du chat alentour

Tous aiment sacrifier à l'amour

Tu cours après le train

N'oublie que de fer est le chemin

Tu joues des mots d'amour

N'oublie dans les mots vit le malin

 

Avancent dans la vie entravés

Se mettent à la folie pour aimer

Tous se pensent en Christ amoché

Pour arracher le cœur de l'aimée

Tu cours après le train

N'oublie que de fer est le chemin

Tu joues des mots d'amour

N'oublie dans les mots vit le malin

 

Tout rêve de la fille allumée

En poignée de brindilles pour l'été

Tout aime que se fixe le sujet

Monter au cou du cygne et gicler

Tu cours après le train

N'oublie que de fer est le chemin

Tu joues des mots d'amour

N'oublie dans les mots vit le malin

 

Il faut passer le temps à aimer

Par la femme infidèle

Il faut passer le temps à chanter

Pourquoi chanter maman ça je ne sais

Tu cours après l'amour

N'oublie que de fer est le chemin

Tu joues des mots d'amour

N'oublie dans les mots vit le malin

 

 

DANS LA DIRECTION DU CREST

 

Partir dans la direction du Crest

Mille hectares de forêt

Comme ceux de la terre sans le pays

Cavalier sous la pluie

Silence de l'âme tout oublier

La nature ses reflets

C'est pourtant facile au règlement

Démesure dans le sang

Et n'y puis rien changer...

 

La maison d'enfance m'est revenue

De sang noir viande crue

Le soleil se lève ensanglanté

Jusqu'aux hanches effrayé

Un pavé humide guide mes pas

Abreuvoir camélias

Pourquoi changer l'ordre des passions

Revolver et chanson

Et n'y puis rien changer...

 

Le siège de l'âme c'est la forêt

Sans les larmes sans pitié

Aucune tendresse tout oublier

Rivière d'or Saint-Léger

Relier mon être au monde entier

Par ton chignon dénoué

Quelle vierge de sang sur ce fumier

Fut ton amour ta beauté

Et n'y puis rien changer...

 

Le siège de l'âme c'est la forêt

Le brouillard les genêts

Je ne suis plus celui qui a chanté

Où finir où aller

Dans un grand silence de printemps

Un troupeau un enfant

Quelle dernière syllabe tant aimée

Dans ma nuit haut perchée

Et n'y puis rien changer...

 

Partir dans la direction du Crest

Mille hectares de forêt

En longeant le champ des cerisiers

Quelque chose de léger

Poulain mal venu sous un poirier

Mon enfance disparaît

Quelle est la lueur qui s'en va

Quel écho quelle voix

Et n'y puis rien changer...

 

 

LA CHÈVRE ALPESTRE

 

Tu vas pas nous faire la tête tout le lundi

Tu vas pas jouer la vedette qui s'ennuie

Tu vas pas nous faire la tête tout le lundi

 

Ah le meilleur de la bête veut pas quitter son lit

Il se rêve Roi de Suède et de Sibérie

Il a perdu sa chèvre alpestre

Pas besoin de faire cette tête

 

Tu vas pas nous faire la tête le mardi

Nous faire croire qu'Davy Crocket est pas gentil

Tu vas pas nous faire la tête le mardi

 

T'aurais entrevu peut-être quelque assassin

Humide comme une serviette, il mangeait son chien

Il cherchait la chèvre alpestre

Ben pas besoin de faire cette tête

 

Tu vas pas nous faire la tête le vendredi

Pour finir en Chippendale à minuit

Tu vas pas nous faire la tête vendredi

 

T'as tes quarante arguments oui ça je sais

Tu veux compter tes atomes moi je peux pas t'aider

À propos la chèvre alpestre

T'as toujours pas de nouvelles ?

 

T'as vu l'infini peut-être

Ah c'est pour samedi

Il t'jouera de la trompinette vous boirez du whisky

Et la petite bébête c'est toujours la chèvre alpestre

 

 

QU'EST-CE QU'AU FOND DU CŒUR

 

Qu'est-ce qu'au fond du cœur

Au fond du cœur là-bas

Qu'est-ce qui te retient d'y aller

 

Qu'est-ce qu'au fond du cœur

Au fond du cœur là-bas

Qu'est-ce qui te retient d'y plonger

 

Qu'est-ce qu'au fond du cœur

Au fond du cœur là-bas

Qu'est-ce que c'est

Qu'est-ce qu'au fond du cœur

Au fond du cœur là-bas

Qu'est-ce que c'est

 

Qu'est-ce qu'au fond de l'eau

Au fond de l'eau là-bas

Qu'est-ce qui te retient d'y plonger

 

Qu'est-ce qu'au fond de l'eau

Au fond de l'eau là-bas

Qu'est-ce qui te retient d'y aller

 

Qu'est-ce qu'au fond des yeux

Au fond des yeux là-bas

Qu'est-ce que c'est

Qu'est-ce qu'au fond des yeux

Au fond des yeux là-bas

Qu'est-ce que c'est

 

Qu'est-ce qu'au fond du feu

Au fond du feu là-bas

Qui livre bataille à la nuit

 

Qu'est-ce qu'au fond du feu

Au fond du feu là-bas

Comme tout y pense et oublie

 

Qu'est-ce qu'au fond du feu

Au fond du feu là-bas

Qu'est-ce que c'est

Qu'est-ce qu'au fond du feu

Au fond du feu là-bas

Qu'est-ce que c'est

 

 

LES RONCES

 

Nous n'irons plus au bois ma mie les lauriers sont coupés

La belle que voilà ma mie viendra les ramasser

Nous n'irons plus au bois ma mie les lauriers sont coupés

 

Qu'irions-nous sur la neige pister le loup le mettre à mort

Qu'irions-nous sur la neige alors que grand-mère s'endort

Les lauriers sont coupés ma mie il est l'heure de rentrer

 

Le brouillard s'est levé déjà il noie les Grands Moulins

Qu'irions-nous faire amour seuls sur le grand chemin

 

Quand nous partions l'hiver pour notre sabbat aux Veillis

Le bouc solitaire alors devenait notre ami

Nous n'irons plus au bois l'animal est parti

 

Nous n'irons plus pêcher dans le ruisseau des Grands Moulins

Nous n'irons plus nous cueillir en narcisse dans le matin

Nous n'irons plus aux marches d'or du péché

 

Nous n'irons plus mon cœur dans le corridor d'avenir

Nous voilà comme chiens jetés aux ronces aux souvenirs

 

Je ne veux plus chanter j'ai chanté trop abondamment

Le Sioulot le Vendeix les vergnes quelque ennemi allemand

Aufwiedersehen amour les lauriers sont coupés

 

Je suis sur le grand lit tendu entre moi et la nuit

Je m'abandonne alors à la mélancolie

 

Nous n'irons plus au bois ma mie les lauriers sont coupés

La belle que voilà ma mie viendra les ramasser

Nous n'irons plus au bois ma mie les lauriers sont coupés

 

Nous n'irons plus chanter ma mie tout est mélancolie

Voilà le grand poison tout est mélancolie

 

 

MUJADE RIBE

 

Dans le Mont-Dore la fille court, court dans la rue Ramond

Toute mouillée l'aube est levée il gronde au Chavanon

Le corps sec comme imprégné de l'or des émotions

Mujade ribe, l'aube est levée, il gronde au Chavanon

 

La lumière s'est posée sur la fille qui nous regarde boy

Elle a l'air essoufflé je te dis tous nous regardent boy

Pourquoi te faire aimer avant de te faire comprendre

Quelle envie d'y passer Romi

 

Mujade ribe vers la Védrine déjà voilà le vent

En souffle d'homme sur la Dordogne qu'il remonte en courant

Mujade ribe, que veux-tu dire, que vient-elle caresser

Attends la nuit, Mujade ribe, arrête d'y penser

 

Arrête de pleurer tous les types nous regardent boy

Quelle tristesse collée, viens allons nous mettre à table boy

Ah tu préfères ne pas, faut-il mourir pour si peu Romi

 

Chardonnerets faucons cendrés cherchent un toit de maison

Pour s'abriter pour se cacher le temps d'une chanson

Mujade ribe, vers la Védrine, on bat le rigodon

Laisse tomber tout ce merdier tes histoires d'abandon

 

Ah tu préfères ne pas, un autre jour peut-être

Chaque âme se retourne avant de rentrer dans l'ombre

C'est l'hydre, la protéine, la salope de Thau

La nuit faussement câline, Romi

 

Les gens se disent comme il est bête ce bois mort des forêts

Quel rêve hautain par la vallée, monter jusqu'au sommet

En habit noir cheveux vermeils voilà le plus aimé

Quel jeu de chatte te décourage, arrête d'y penser

 

Tu jures qu'alors paraître serait cesser d'exister boy

T'es pas ce type usé, non t'es toujours grand chambellan boy

Tu sais bien que personne n'en a pour son argent

Arrête tu déconnes Romi

 

Sur le chevreuil tremble la feuille, Dieu quel triste baiser

La gymnastique jusqu'au ciel à quoi bon y penser

Arrête frère c'est la poussière rien ne peut l'arrêter

Où vont les morts ? Mujade ribe, arrête d'y penser

 

La lumière s'est posée sur la fille qui nous regarde boy

Les ferrandaises, quelles ferrandaises, oui vers Courbanges et Pessade boy

Tu sais bien que personne n'en a pour son argent

Arrête tu déconnes Romi

Arrête de pleurer tous les types nous regardent

Quelle tristesse collée Romi

Tu préfères ne pas, un autre jour peut-être

Quelle envie d'y passer Romi

 

 

VALLÉE DES MERVEILLES

 

Amba tigre a cessé de te servir

Amba n'ira plus comme autrefois

Moi Amba tigre ai cessé de courir

Tu peux appeler ton avocat

Tu penses ce mauvais rêve passera

Si s'envole l'hirondelle

Mais plus jamais le rêve ne reviendra

Vallée des merveilles

 

Je dis homme

Attends que je termine

Retire un peu la tétine

Fais gaffe l'essence est divine

 

Ton cœur ne peut penser sans nostalgie

Ne peut plus penser hors de son bain

Ne peut poursuivre le rêve d'une vie

Sans se plier sans être catin

Chacun se dit petites blessures jolies

Pourquoi gaspiller

Puis pense à la bonne fortune du fruit

Pourquoi y penser

 

Je dis homme

Attends que je termine

Retire un peu la tétine

Fais gaffe l'essence est divine

 

Le ventre satisfait sur la prairie

Ton éléphant rêve sur mon corps

Tout à l'orgueil de tes souvenirs

Pourtant, tu sais, papa est mort

Chacun se pense paix et harmonie

Si vole l'hirondelle

Mais elle ne retrouve plus le pays

Vallée des merveilles

 

Je dis homme

Attends que je termine

Retire un peu la tétine

Fais gaffe l'essence est divine

 

Prendre pitié est indigne de toi

Rien pour t'arracher à cette croix

Comme tous ces faux artisans de la vie

Tu sais très bien trouver l'oubli

Tu te nuis tout le jour, et chaque nuit

Tu vis comme un porc

Au goutte à goutte C'est quoi tu dis !

Ah. Tu fais du sport !

 

Je dis homme

Attends que je termine

Retire un peu la tétine

Fais gaffe l'essence est divine

 

Par ses extravagances tout étourdi

« Où est ma chemise ? »

Se demande petit cochon de nuit

« Où est ta chemise? »

 

Je dis homme

Attends que je termine

Retire un peu la tétine

Fais gaffe l'essence est divine

 

 

 

 

LE JOUR SUR LÈVE SUR CHAMABLANC

 

Le jour se lève sur Chamablanc

C'matin Bozat est encore blanc

Les enfants dorment c'est l'été

Dans le pays où je suis né

Là-haut surveille un Jean-le-Blanc

Le vieux ruisseau part en chantant

A la recherche de rien vraiment

Dans le pays où dort l'enfant

Seul dans l'étable Levacher

Soigne le veau de l'enragée

Grand-mère a mal c'est l'été

Dans le pays où je suis né

 

Le foin coupé vers le Vendeix

Sera tout bon à ramasser

Martin vient nous aider demain

Il sera tôt si le temps nous tient

Y a si peu d'heures à ramasser

Les poules ont plus rien à manger

C't'y pas l'Henriette là-bas au loin

Qui nous fait signe de la main

Le vent de pluie va se tourner

Et nous asperger tout l'été

C'est une misère d'être aussi bon

C'est une misère d'être aussi con

 

Faudrait nous couper les genêts

C't'hiver le bois va nous manquer

Pas comme l'aîné des Taravant

Qui veut voir si le monde est grand

Ils ont recouvert de goudron

Le ch'min qui mène chez le baron

On compte vraiment pour moins que rien

Dans ce pays où tout me tient

La chienne, le dogue sont bien collés

Bien avant l'heure que j'me suis levé

Ils ont couiné toute la nuit dans le pays d'ici

 

Cuire la rhubarbe pour le petit

Qui a toussé toute la nuit

Tout est humeur et pissenlits

Dans le pays le pays d'ici

L'facteur est pas encore passé

Je veux voir les avis de décès

C'est à 9H00 pour le Fernand

Faudra tous y aller,  nom de nom

Jean-Pierre va mal mon pauvre monde

Un gars comme ça si seul au monde

M'en parle plus faut travailler

Dans le pays où je suis né

 

L'Yvonne est partie en auto

Elle a encore si mal au dos

Encore huit jours m'a dit Pierrot

Avant qu'on la r'trouve au tombeau

Et la belle fille cette traînée

Quelle vermine il nous a ram'née

Elle peut même pas d'mander pardon

C'est une garce pour de bon

Encore ton père mauvais qu'il est

Qu'a pas encore fini d'cuver

Cuver le vin de nos moissons

C'vaurien mérite pas son nom

 

 

NEIGE ET PLUIE AU SANCY

 

Comme il rentrait de l'école, Boy

Il a pris par la Dordogne

Il pleuvait sur le Guéry

Neige et pluie au Sancy

 

Il a rencontré la fille, Bill

Elle rentrait de la ville

Trempée comme une jonquille

Neige et pluie au Sancy

 

Il pleuvait c'était tout con

Pleuvait sur ses cheveux blonds

Faut pas rester sans abri

Quand il neige au Sancy

 

Neige et pluie au Sancy

 

Ils ont quitté la rivière, Pierre

Puis longé le cimetière

Faut pas choisir une vie

Quand il neige au Sancy

 

On a retrouvé les corps, Laure

Sur la route du Mont Dore

Il faisait encore nuit

Quand les chiens ont gémi

 

Pourquoi raconter l'histoire

De la chose qui finit mal

Faut pas faire de mal aux petits

Quand il neige au Sancy

 

Neige et pluie au Sancy

 

Père ne faites pas de misère

A grande sœur à petit frère

Faut pas faire de mal aux petits

Quand il neige au Sancy

 

Neige et pluie au Sancy

 

 

COL DE DIANE

 

Qu'au col se dévoile Diane

Faut pas y compter

Là-haut apercevoir la Dame

Faut pas y compter

Vers le château de Murât l'Arabe

On ne va pas se refaire le drame

Faut pas y compter

 

Faut pas y compter...

 

Prends garde au loup qui dort au village

Faut pas y compter

Prends l'âne je te laisse le cheval

Faut pas y compter

Du château là-haut sur la montagne

Apercevoir Murât l'Arabe

Faut pas y compter

 

Faut pas y compter...

 

Au Pont de la mort trouver son âme

Faut pas y compter

En forme noire embrasser Diane

Faut pas y compter

À nouveau le feu dans la montagne  

Que la fée des eaux vienne à la faille

Faut pas y compter

 

Faut pas y compter...

 

Pleurer sous le signe de la Dame

Faut pas y compter

Philtre d'oubli donné par le diable

Faut pas y compter

Les regrets sont rentrés de la chasse

Ils n'ont toujours pas trouvé de traces

Faut pas y compter

 

Faut pas y compter...

 

 

 

NOYADE AU CHAMBON

 

Une fille et un garçon s'embrassaient au bal au Chambon

Je n'ai jamais, jamais jamais su leur nom

Les deux s'embrassaient au Chambon

 

Sous la lune ondulaient les prés

Lune a vu les deux s'embrasser

Le maquis tenait Bozat

Tenait le château des Croizats

 

Puis la fille aura dit non aura repoussé le garçon

La nature a ses frissons et pourtant la fille a dit non

 

Sous la lune ondulaient les prés

Lune a vu ce salaud la frapper

Le maquis tenait Bozat

Tenait le château des Croizats

 

La fille court sur le ponton suivie du damné garçon

Lune a vu le beau plongeon de la fille noyée au Chambon

 

Sous la lune ondulaient les prés

Puis le grand silence s'est fait

Le maquis tenait Bozat

Tenait le château des Croizats

 

Pleine lune au mois de mai, les lapins n'auront rien manqué

Je n'ai jamais, jamais su son nom, prions la noyée du Chambon

 

Sous la lune ondulaient les prés

Salaud sera bientôt tué

Le maquis tenait Bozat

Tenait le château des Croizats

 

 

TOUT M'ATTIRE

 

Tout m'attire

Au dedans de toi

Tout m'inspire

Me jette dans tes bras

Ton sourire

Fait la vérité

Du plaisir

Que tu sais me donner

 

Tiens voilà midi

Midi mon cœur

Ne laissons rien à demi

Voilà midi

L'heure du facteur

Comment va ma mie

 

Encore vingt jours d'hiver

Encore vingt jours à y penser

Encore vingt jours d'hiver

Encore vingt jours à y penser

 

Tout me garde

Amoureux de toi

Tes regards

Me mettent aux abois

Tout me crible

De bonheur mêlé

Au plaisir

Que tu sais me donner

 

Tiens voilà midi

Midi mon cœur

Ne laissons rien à demi

Voilà midi

L'heure du facteur

Comment va ma mie

 

Encore vingt jours d'hiver

Encore vingt jours à y penser

Encore vingt jours d'hiver

Encore vingt jours à y penser

 

 

 

FRELONS D'ASIE

 

Il avait la maladie

Le mal amer

Et puis la fatigue aussi

Depuis des semaines

Qu'as-tu dit ?

Qu'aurais-tu dit ?

« Je crois le temps va se lever »

Qu'as-tu dit ?

Qu'aurais-tu dit ?

Que vas-tu faire à minuit

Seul dans la forêt ?

 

Il voulait finir sa vie

Au nid de frelons

Allonger la langue ainsi

Du miel aux frelons

Rayer le temps des soucis

Waouh ! le coup est parti

Baiser le cul de Fanny

Que vas-tu faire à minuit

Seul dans la forêt ?

 

Voilà le coma sans abri

Au grand cimetière

Le veuf avait l'air joli

Il a les yeux de sa mère

Digne fils, dernier cri

En lettres noires dégouline

Sur ces êtres mal cuits

Que vas-tu faire à minuit

Seul dans la forêt ?

 

Voilà le coma sans abris

Au grand cimetière

Le veuf avait l'air joli

Il a les yeux de sa mère

Digne fils, dernier cri

En lettres noires dégouline

Sur ces êtres mal cuits

Que vas-tu faire à minuit

Seul dans la forêt ?

 

Voilà la chose qui asphyxie

Oui, je te jure ça sent le lait

Tu es ma salive ami

Que tout ruisselle le long

Fanatiques accroupis

Les anges les bergers pourris

Tous ont dit tous auront dit

« Que viens-tu faire à minuit

Seul dans la forêt »

 

Au tableau pour te punir

J'ai pris les frelons d'Asie

Chut ! pas de bruit

C'est les frelons d'Asie

Si le chien est le gabarit

Je ne veux plus te tourner

Adieu volcans chéris

Qu'irions-nous faire à minuit

Seuls dans la forêt ?

 

 

LONG JOHN

 

Il est temps fuyons

L'île n'est pas déserte John

Retournons au lieu

Où rien ne nous attend

Il est temps fuyons

Reprenons la mer Long

Comme goélands 

Que nous porte le vent

 

Vivre, vivre, vivre tout le long

Long, long comme un poisson

Dans le secret des mers

Vivre, vivre, vivre en voyageant

Jean, Jean au gré du vent

 

Il est temps fuyons

Le chemin de fer John

Les ciseaux de feu

La Vénus d'argent

Il est temps partons

Sans laisser d'adresse John

Fuyons ce roman

Qui nous mange le temps

 

Vivre, vivre, vivre loin de la ville

Ville, ville, de ces coquilles

Qui se croient trop humaines

Vivre, vivre, vivre loin du chenil   

Gil, Gil, que font les filles ?

 

Il est temps fuyons

Je n'ai plus de vie Lee

Je veux voir la mer

Retrouver les saisons

Il est temps partons

Quittons la nacelle Neil

Quittons cet exil

Que me font les chansons

 

Vivre, vivre, vivre et m'étourdir

Dire, dire et chaque nuit

Manger la proie et l'ombre

Vivre, vivre, vivre et voyager

Yeah yeah pour me trouver

 

 

CHAGRIN VIOLETTE

 

La nuit j'entends le chant

Des clarines bleues

S'enivre de leur chant

L'enfant malheureux

 

Quand le jour par les genêts

Au mont des Soucis

Je vois les champs versés

D'une grande vie

 

J'oublie mes prières

Tout est froid, froid, froid

Le temps se retourne et aboie

Mon ami calme ce jeu

J'ai de la pluie plein les yeux

 

J'entends le bruit du sang

Au soir de l'hiver

Je revois mère grand

J'entends les pleurs de mère

 

Père jeté en prison

Au soir de novembre

Met mon cœur en prison

Les soirs de novembre

 

Quand tant de rancune fait

La dent, dent, dent

Enfants mis au chagrin des grands

Mon ami calme ce jeu

J'ai de la pluie plein les yeux

 

Chagrin de violette

Au parquet salon

Creusé dedans ma chair

Jusqu'à Clermont

 

Au fermage d'autrefois

Grand-père parti

Sur la cuisse tout le long

Jusqu'au paradis

 

Dois-je donner aux bêtes

Yeah yeah yeah

Garde-moi la peau du lait

Mon ami calme ce jeu

J'ai de la pluie plein les yeux

 

 

 

CAMPING A LA FERME

 

Je nous ai mis dans l'train rapide qui vous conduit en quelques heures au Sancy

Tous les bagages prêts à l'heure, z'avons bien dit au revoir à Ben à Lily (c'est nos chats)

(Cool, super cool)

 

C'est le camping, camping à la ferme

C'est le camping, camping à la ferme

C'est le camping, camping à la ferme

Yeah, Yeah

 

Gare de Clermont retard compris nous attendons le bus qui doit nous conduire au Sancy

Vers La Bourboule, enfin les environs c'est là-haut que nous d'vons passer not'première nuit

(Cool, super cool)

 

Le paysan vient en tracteur nous chercher j'te jure c'est vraiment la folie

Des gens charmants qui vous accueillent dans leur famille, devine pour quoi, pour qui

(Cool, super cool)

 

C'est le camping, camping à la ferme

C'est le camping, camping à la ferme

C'est le camping, camping à la ferme

Yeah, Yeah

 

On a vu des dinosaures de loin bien sûr mais paraît qu'ils sont très gentils

On écoute gronder les volcans, on breake, on fouge, dans c't open air jacuzzi

(Cool, super cool)

 

C'est le camping, camping à la ferme

C'est le camping, camping à la ferme

C'est le camping, camping à la ferme

Yeah, Yeah

 

 

PASSIONS TRISTES

 

Je ne veux pas que tout me rapetisse

Je n'aime pas qu'on m'offre le calice

Je n'aime pas qu'on me dise génisse

Je n'aime pas

 

Je n'aime pas qu'on sculpte ma nature

Je ne veux pas descendre de voiture

Je ne veux pas de ce truc qui dure

Je ne veux pas

 

Je ne sais pas Waterloo je m'en fiche

Ce truc à toi me baiser en fortiche

Je ne veux pas que tu suces mon sang

 

Maîtresse à moi que tes passions sont tristes

Au cinéma toujours le même artiste

Maîtresse à moi nous n'aurons pas d'enfants

 

Je ne veux pas d'écaillés sur mon poney

Je ne sais pas inviter le curé

Je n'aime pas te tenir les jarrets

Je n'aime pas

 

Je ne veux pas tes mots privés de vie

Je ne veux pas l'égoïne à minuit

Je ne veux pas la chèvre à l'établi

Je ne veux pas

 

Sillonne-toi, va au bout à l'envi

Retourne-toi à bord du Normandie

Emmène-toi au fond de l'océan

 

Maîtresse à moi que tes passions sont tristes

Au cinéma toujours le même artiste

Maîtresse à moi nous n'aurons pas d'enfants

 

Tu ne veux pas dingo à l'interstice

En chose en toi je reste le touriste

Je n'aime pas tes trucs me dévissent

Je n'aime pas

 

Je ne sais pas trafiquer le Bendix

Je ne veux pas me relire la notice

Je ne veux pas y laisser un ménisque

Je ne veux pas

 

La fille et moi tout au cochon qui brille

Plus de pizza que faire de nos vies

Maîtresse à moi nous n'aurons pas d'enfants

 

La fille en bas n'a que des passions tristes

Au cinéma elle garde sa mantille

La fille en bas n'aime pas ma chanson