Je n'ai plus que toi animal Le mendiant à Rio Le parcours de la peine
Col de la Croix-Morand Sentiment nouveau Gorge profonde
Cours dire aux hommes faibles L'éphémère Le manteau de pluie du singe

LE MANTEAU DE PLUIE

Le lien défait L'infidèle

 

 

 

 

JE N'AI PLUS QUE TOI, ANIMAL

vois
comme je vis mal
je n'ai plus que toi, animal

 


COL DE LA CROIX-MORAND

comme un lichen gris
sur le flanc d'un rocher
comme un loup sous la voie lactée
je sens monter en moi
un sentiment profond
d'abandon

par mon âme et mon sang
col de la Croix-Morand
je te garderai

quand à bride abattue
les giboulées se ruent
je cherche ton nom
oh ! je meurs mais je sais
que tous les éperviers
sur mon âme veilleront

par mon âme et mon sang
col de la Croix-Morand
je te garderai

pour ce monde oublié
ce royaume enneigé
j'éprouve un sentiment profond
un sentiment si lourd
qu'il m'enterre mon amour
et je te garderai

quand montent des vallées
les animaux brisés
par le désir transhumant
je te prie de sauver
mon âme de berger
je suis innocent

 

COURS DIRE AUX HOMMES FAIBLES

cours dire aux hommes faibles comme moi
que son nom n'est pas amour
que Dieu ne nous garde pas
d'en rêver un jour
dis que le chagrin est sur moi
comme pluie nuit et jour
et que finiront lâches comme moi
ceux qui croiront à l'amour

cours dire aux hommes faibles comme moi
qu'il n'y a rien à chanter
ni le coup de rein
ni l'effroi
de la bête entravée
même si rien n'effacera
le goût du Baiser Volé
cours dire aux hommes faibles comme moi
qu'il n'y a rien à chanter

cours dire aux hommes cruels comme moi
qu'il n'y a plus à parier
que mourir est la même loi
pour l'homme est le sanglier
même si rien n'effacera
le goût du Baiser Volé
cours dire aux hommes fiers comme moi
cours...cours...cours


LE LIEN DÉFAIT

comme l'ange blond
noyé dans la Durance
comme un démon
tu déferas le tien

comme l'oiseau borgne
comme Jeanne de France
dans ta démence
tu déferas le tien

on se croit d'amour
on se croit féroce enraciné
mais revient toujours
le temps du lien défait

on se croit d'amour
on se sent épris d'éternité
mais revient toujours
le temps du lien défait

comme la vipère
comme la reine des près
morte terre
tu déferas le tien

comme la femme douce
comme l'homme léger
au moment d'oublier
tu déferas le tien

on se croit d'amour
on se croit féroce enraciné
mais revient toujours
le temps du lien défait

on se croit d'amour
on se sent épris d'éternité
mais revient toujours
le temps du lien défait



LE MENDIANT A RIO

ne te fais pas d'illusions sur moi
pas de pitié ça va
je vis d'un amour trop lourd pour moi
bien trop lourd je crois

non, je n'ai plus la moindre envie
le manque me suffit
comme si j'avais eu une autre vie
mieux que celle-ci

j'ai ce soir le goût du désespoir
que me donnent les chansons d'Antonio mon patron
je pleure je ris
j'ai dû rater ma vie
je traîne au bord de l'eau
comme un mendiant à Rio

la neige qui tombe sur Ceyrat
a dû être pluie là-bas
pour que l'émotion de Joao
me colle à la peau

vas tu peux te moquer de moi
Antonio un jour t'aura
la Danse de Mort tu verras
c'est une bossa

j'ai ce soir le goût du désespoir
que me donnent les chansons d'Antonio mon patron
je pleure je ris
j'ai dû rater ma vie
je traîne au bord de l'eau
comme un mendiant à Rio

 

 

SENTIMENT NOUVEAU

j'avais perdu le goût des choses
sans avoir idée de la cause
la naissance des temps nouveaux
me surprit bientôt

la poussière bleue du chagrin
s'élevait sur tous les chemins
où courait comme feu follet
mon âme égarée

puis il y eut ce sentiment nouveau
ce souffle sur ma peau
le plaisir avec toi
puis il y eut la joie d'être éveillé
par le premier baiser
d'une bouche adorée

nous étions du dernier regain
condamnés à mourir demain
issus du troupeau décimé
promis au boucher

depuis ma tristesse est un monde ancien
un monastère tibétain
une jonque pleine d'œillets
prête à chavirer

 



L'ÉPHÉMÈRE


tout est éphémère
la vie
la terre
les choses vues
qui nous ont plu
les papillons
l'hiver, les loups les cerfs
...je ne sais plus...

je parcours les rues
du monde disparu
où j'étais volontaire
naguère
non je ne me souviens plus
de tout ce temps perdu
je me sens éphémère

tout est éphémère
le sang
la chair
des êtres nus
qui nous ont plu
le paradis
l'enfer
d'un être cher
...je ne sais plus...

tout est éphémère…

comme la beauté
la bonne humeur
la santé
le bonheur
...tu le sais

par ton humidité chérie de femme
par ton corps
par ton âme
...tu le sais

par le chant de l'oiseau moqueur
...tu le sais...

 

 

L'INFIDÈLE

ma vie est une voltige
un spectacle pour Américains
une figure de style
du monarque antédiluvien

quand l'orchidée blanche palpite
je m'abandonne au destin
comme fait le narcisse
le lactaire
le romarin

ma vie est une traîtrise
une razzia sur tes lieux saints
une longue traque à l'hermine
de ruffian
de sarrasin

en long cours d'anatomie
je cherche d'où ce plaisir me vient
d'où vient ce goût du vertige
du spectacle pour Américains

à l'heure où l'âme se grise
quand mon corps épouse le tien
je cogne aux entrailles vives
comme aux Portes du ciel
le païen.

 

 


LE PARCOURS DE LA PEINE

le parcours de la peine
s'arrête un seul été
à l'échancrure vierge
du corps d'une fée

le parcours de la peine
continue aujourd'hui
jusqu'en ma chair même

dis-moi qu'est le bon le mauvais
que puis-je croire

le parcours de la peine
je le prends tous les jours
avec les musaraignes
avec les vautours

le parcours de la peine
par tes hanches ensanglantées
je ne peux croire qu'on s'aime

dis-moi qu'est le bon le mauvais
que puis-je croire

 


GORGE PROFONDE

toi
tu es ma gorge profonde
tu connais tout de mes songes
peux-tu dire où mon cœur va ?

vois
dans ce dégoût qui me ronge
sans vanité sans mensonge
je n'ai plus que toi

quel est ton nom ?
l'autre nuit je t'ai cherchée
j'aurais voulu te parler
mais tu ne me réponds pas

quel est ton nom ?
es-tu la fille d'un roi ?
je veux bien mourir pour toi
mais réponds-moi


LE MANTEAU DE PLUIE DU SINGE

si tu ne me dis rien...
comment puis-je te répondre ?

divin...

...c'est une pluie de feuilles
...c'est la fraîcheur de ma gorge...