Reprises studio et Live

 

 

Concert pour Koloko 2003    Mellow my mind (reprise de Neil YOUNG)
"          For The Turnstiles (reprise de Neil YOUNG)
"         On the beach (reprise de Neil YOUNG)
Mise en ligne sur le site officiel en 2011 Alcaline (reprise de Alain BASHUNG)
Compilation Les Inrockuptibles 97 Insensible (adaptation d'Antonio Carlos JOBIM)
Face B Cours dire aux hommes faibles Qu'est-ce que tu voulais ?  (adaptation de Bob DYLAN)
Compilation Route Manset 96 Entrez dans le rêve (reprise de Gérard MANSET)
Compilation I'm your fan 91 Avalanche IV (reprise de Leonard COHEN)
Compilation hommage à Joe Dassin "L'équipe à Jojo" Marie-Jeanne (reprise de Joe DASSIN)
Compilation Contresens 91 Tomber sous le charme (reprise Louise FERON)
CD inédit FNAC pour la sortie de Vénus Mon frère d'Angleterre (reprise de BOURVIL)
CD inédit FNAC pour la sortie de Vénus En amour (reprise de Léo FERRE)
Live in Dolorès Nuit d'absence (reprise de Léo FERRE)
"           Richard (reprise de Léo FERRE)
Inédit Internet Melody Nelson (reprise de Serge GAINSBOURG)
Inédit Internet Plus de liaisons (reprise des TINDERSTICKS)
Inédit Internet Ya Mustapha (reprise de Bob AZAM)
Interprété en Live avec Marie-Jo THERIO dans Taratata Jewel (reprise de T. Rex)
Inédit Internet One day after school (Un jour après l'école) (adaptation d'ARAB STRAP)
Inédit Live RTL 2000 Vous les femmes (reprise de Julio IGLESIAS)

Reprise pour le projet MC1/Back in Clermont-Ferrand

(sous le pseudonyme de Gengis)

Motor city is burning (reprise de MC5)
CD L'Auvergne revisite le Velvet Underground European son (reprise de Velvet Underground)

 

 

 

 

 

Mellow my mind  (reprise de Neil YOUNG)

 

Baby mellow my mind,
Makes me feel,
Like a Schoolboy on good time.
Jugglin' nickels and dimes
Satis-fied,
With te fish on the line.
I've been down the road,
And I've come back,
Lonesome whistle on the railroad track.
Ain't got nothin' of those feelins
That I had.
Something so hard to find,
Situation,
That can casualize your mind.

 

For The TurnStiles (reprise de Neil YOUNG)

 

All the sailors with their seasick mamas
Hear the sirens on the shore,
Singin' songs for pimps with tailors
Who charge ten dollars at the door.

You can really learn a lot that way;
It will change you in the middle of the day.
Though your confidence may be shattered,
It doesn't matter.

All the great explorers
Aare now in Granite Lake,
Under white sheets for the great unveiling
At the big parade.

You can really learn a lot that way;
It will change you in the middle of the day.
Though your confidence may be shattered,
It doesn't matter.

All the bushleague batters
Are left to die on the diamond.
In the stands the home crowd scatters
For the turnstiles,

 

On the beach (reprise de Neil YOUNG)

 

The world is turnin', I hope it don't turn away,
The world is turnin', I hope it don't turn away.

All my pictures are fallin' from the wall
Where I placed them yesterday.
The world is turnin', I hope it don't turn away.

I need a crowd of people, but I can't face them day to day,
I need a crowd of people, but I can't face them day to day.
Though my problems are meaningless, that don't make them go away.
I need a crowd of people, but I can't face them day to day.

I went to the radio interview, but I ended up alone at the microphone,
I went to the radio interview, but I ended up alone at the microphone.
Now I'm livin' out here on the beach, but those seagulls are still out of reach.
I went to the radio interview, but I ended up alone at the microphone.

Get out of town, think I'll get out of town,
Get out of town, think I'll get out of town.
I head for the sticks with my bus and friends,
I follow the road, though I don't know where it ends.
Get out of town, get out of town, think I'll get out of town.

'Cause the world is turnin', I don't want to see it turn away.

 

 

ALCALINE  (reprise de Alain BASHUNG)

 

Si tu veux j'peux t'aider
Ca m'a fait un peu lourd à porter
Sûr, t'as rien oublié ?
Les bateaux que tu me démontais

En vertu des rasoirs
Tu viens couper court à notre histoire
À tiroirs
Dehors l'incandescence
N'approuve que les larmes d'un sampler
J'veux tout réécouter
Vaguement brisé
Sur une plage alcaline

Où veux-tu que J'te dépose ?
Tu m'as encore rien dit
T'aimes plus les mots roses
Que je t'écris ?

J'aimais ta géométrie
Exacerbée d'une pensée profonde
À tourner l'dos au soleil
On n'est pas pour ça plus fort en nombre

Décor décortiqués
Reconstituez
Sur une plage alcaline

Où veux-tu que j'te dépose ?
Tu m'as encore rien dit
T'aimes plus les mots roses
Que je t'écris ?

Comme l'anaconda aime à se griser au Temple d'Angkor
Des cotillons, il nous en faudrait encore
Plus des confettis

Veux-tu que j'te dépose?

 

 

Insensible  (reprise de Antonio Carlos JOBIM)

 

Oui, insensible

Je suis resté quand elle m'avoua son amour

Immobile et froid

Je suis resté face à cet aveux désarmant

Pourquoi se demande-t-elle

Mais que fait-il non de dieu dans ce grand silence

Que pouvais-je dire

Que peut-on dire quand on aime plus

 

Maintenant comme elle est loin

Je reste seul et je pense au dernier regard

Vague perdu si triste

Oui je revois le chagrin dans son dernier regard

Pourquoi se demande-t-elle

Mais que fait-il non de dieu dans ce grand silence

Que pouvais-je faire

Que peut-on faire quand on aime plus

 

 

 

Qu'est-ce que tu voulais ?  (reprise de Bob DYLAN)

 

qu'est-ce que tu voulais 
répète un peu que je sache 
qu'est-ce qui ne va pas 
qu'est-ce qui ne tourne pas rond 
qu'est-ce que tu cherchais 
répète - je reviens 
tu auras tout le temps de te souvenir 

qu'est-ce que tu voulais 
vois je suis de retour 
tout recommencer 
se remettre sur les rails 
je t'écoute - allez parle 
qu'est-ce que tu cherchais 
vois comme on se trompe 
non 

quelqu'un nous a t'il vu 
quand tu m'as donné le baiser 
quelqu'un blotti dans l'ombre 
quelqu'un que je n'ai pas remarqué 
y a t'il quelque chose que tu désires 
que je ne comprends pas 
mais qu'est-ce que tu voulais 
comment le savoir 

quoi que tu désires 
moi je n'ai pas de souvenir 
rappelle-moi - parle 
le disque est brisé 
le diamant est fou 
qui attendre 
et quel malentendu 
qu'est ce que tu voulais 
je ne m'en souviens pas 
est-ce bien toi qui me parlais 
à l'instant 
est-ce quelque chose d'important
où une chose de rien 
mais qu'est-ce que tu cherchais 
répète 
moi j'ai la mémoire courte

quoi que tu désires
quoi qu'il en soit
quelqu'un t'aurait-il dit
que tu pouvais l'obtenir de moi
est-ce naturel - est-ce facile à dire
pourquoi et qui es-tu
c'est le décor qui change
où c'est moi qui me trompe
tout a déjà été vécu
écoute c'est notre chanson
où étais tu au début
ça n'a pas d'importance pour toi
alors qu'est ce que tu voulais
est-ce bien à moi que tu parles
dis est-ce bien à moi que tu parles
est-ce bien à moi
que tu parles

 

 

Entrez dans le rêve  (reprise de Gérard MANSET)

 

ramenez le drap sur vos yeux 
entrez dans le rêve 
reprendre la vie des autres 
où on l'a laissée 
quand le jour s'achève 
voir les couleurs voir les formes 
enfin marcher pendant 
que les autres dorment 
voir les couleurs voir les formes 
les villes sont des villes 
bordées de nuit 
et peuplées d'animaux 
qui marchent sans bruit 
toujours dans votre dos 
la peur vous suit 
toujours dans votre dos 

ramenez le drap sur vos yeux 
entrez dans le rêve 
allumez l'écran merveilleux 
quand le jour s'achève 
retrouver l'amour blessé 
au fond du tiroir où on l'avait laissé 
retrouver l'amour blessé 
découper le monde à coups de rasoir 
pour voir au cœur du fruit

le noyau noir
la vie n'est pas la vie
ni ce qu'on nous fait croire
la vie n'est pas la vie

ramenez le drap sur vos yeux
entrez dans le rêve
reprendre la vie des autres
où on l'a laissée
quand le jour s'achève

retrouver l'amour blessé 
celui qu'on n'avait pu vraiment laisser

retrouver l'amour blessé 
et découper le monde à coups de rasoir 
pour voir au cœur du fruit

le noyau noir
la vie n'est pas la vie
ni ce qu'on nous fait croire
la vie n'est pas la vie


entrez dans le rêve…

quand le jour s'achève…

retrouvez l'amour blessé…

découper le monde à coups de rasoir 
pour voir au cœur du fruit

le noyau noir
la vie n'est pas la vie
ni ce qu'on nous fait croire
mieux vaut le drap du désespoir

 

 

 

 

Avalanche IV  (reprise de Leonard COHEN)

 

j'ai été pris dans l'avalanche
j'y ai perdu mon âme
quand je ne suis plus ce monstre qui te fascine
je vis sous l'or des collines
toi qui veux vaincre la douleur
tu dois apprendre à me servir

le hasard t'a conduit vers moi
pauvre chercheur d'or
mais ce monstre que tu as recueilli
ignore le faim ignore le froid
il ne recherche pas ta compagnie
même ici au cœur au cœur du monde

si je suis sur un piédestal
je le gravis seul
tes lois ne m'obligent à rien
ni fessée ni prière
je suis moi-même le piédestal
par cette marque hideuse qui te fascine

tu ne pourras vaincre la douleur
sans être généreuse
ces miettes que tu m'offres amour
ne sont que les restes de mes festins
ta douleur ici ne vaut rien
ce n'est que l'ombre l'ombre de ma blessure

pourtant vois comme je te désire
moi qui n'ai plus d'envie
vois comme partout je te chante
moi qui n'ai plus de désirs
tu penses m'avoir abandonné
mais je frémis encore quand tu soupires

ne mets pas ces haillons pour moi
je sais que tu es riche
ne m'aime pas aussi férocement
si tu ne sais plus ce qu'est l'amour
à toi de jouer allez viens
regarde j'ai revêtu ta chair

 

 

 

Marie-jeanne  (reprise de Joe DASSIN)

 

C'était le quatre juin, le soleil brillait depuis le matin
Je m'occupais de la vigne et mon frère chargeait le foin
Et l'heure du déjeuner venue, on est retourné à la maison
Et notre mère a crié de la cuisine: "Essuyez vos pieds sur le paillasson !"
Puis elle nous dit qu'elle avait des nouvelles de Bourg-les-Essonnes
Ce matin Marie-Jeanne Guillaume s'est jetée du pont de la Garonne

Et mon père dit à ma mère en nous passant le plat de gratin :

"La Marie-Jeanne, elle n'était pas très maligne, passe-moi donc le pain.
Y'a bien encore deux hectares à labourer dans le champ de la caille."
Et maman dit: "Tu vois, quand j'y pense, c'est quand même bête pour cette
pauvre Marie-Jeanne
On dirait qu'il n'arrive jamais rien de bon à Bourg-les-Essonnes
Et voilà qu'Marie-Jeanne Guillaume vent de s'jeter du pont de la Garonne"

Et mon frère dit qu'il se souvenait quand lui et moi et le grand Nicolas
On avait mis une grenouille dans le dos de Marie-Jeanne un soir au cinéma
Et il me dit: "Tu te rappelles, tu lui parlais ce dimanche près de l'église
Donne-moi encore un peu de vin, c'est quand même injuste la vie
Dire que j'l'ai vue à la scierie hier à Bourg-les-Essonnes
Et qu'aujourd'hui Marie-Jeanne s'est jetée du pont de la Garonne"

Maman m'a dit enfin: "Mon grand, tu n'as pas beaucoup d'appétit
J'ai cuisiné tout ce matin, et tu n'as rien goûté, tu n'as rien pris
Dis-moi, la sœur de ce jeune curé est passée en auto
Elle a dit qu'elle viendrait dimanche à dîner... oh! et à propos
Elle a dit qu'elle a vu un garçon qui te ressemblait à Bourg-les-Essonnes
Et lui et Marie-Jeanne jetaient quelque chose du haut du pont de la Garonne"

Toute l'année est passée, on ne parle plus du tout de Marie-Jeanne
Mon frère qui s'est marié a pris un magasin avec sa femme
La grippe est venue par chez nous et mon père en est mort en janvier
Depuis maman n'a plus envie de faire grand-chose, elle est toujours fatiguée
Et moi, de temps en temps je 'vais ramasser quelques fleurs du côté des Essonnes
Et je les jette dans les eaux boueuses du haut du pont de la Garonne

 

 

Tomber sous le charme  (reprise de Louise Féron)

 
comme le funambule 
casse son balancier 
et pour défier le sort 
marche les yeux fermés 
je regardais sans voir
les pendules arrêtées 
j'avais perdu la trace


des mots sur le papier

je soufflais sur le noir
de mes encriers
j'avais les joues les yeux
et le cœur barbouillés
j'avais plus mal nulle part
je dormais sans rêver
je suivais sans y croire
le fil de mon histoire

tomber sous le charme

j'ai dépassé la limite
des doses prescrites
sans jamais approcher
des paradis promis
je courais bien trop vite
pour tomber
toi seul a su
me rattraper

tu m'as capturé
dans la lumière crue
comme on relève
un guerrier fourbu
tu m'es venue
quand je n'y croyais plus
comme un sanglot
trop longtemps retenu

tomber sous le charme
viens je vais tomber

découvrir surpris
de l'eau sous mes cils
revoir ma vie
quitter ses rails
goûter sur ta peau
le temps retrouver
et tout oublier chère Louise
tout oublier

tomber sous le charme
je vais tomber
viens je vais tomber

 

Mon frère d'Angleterre  (reprise de BOURVIL)

 

mon frère arrive d'Angleterre
au train de quatre heures et demi
passer huit jours et se distraire
c'est bon parfois l'air du pays
paraît qu'là-bas il y a des brumes
alors nous on a mis des fleurs
ça fait joli et ça parfume
et puis ça rend de bonne humeur
papa a mis son beau costume
maman ressemble à une mariée
moi peu à peu je m'accoutume
à mon faux-col et mes souliers

mon frère est plus doué que moi
pour suivre des études
il faut des aptitudes
des dons que je n'ai pas
mon frère d'Angleterre

il faut le voir parler à table
nous on se tait c'est plus normal
ce qui ce passe dans une étable
ce n'est pas très original
originale c'est la manière
qu'il a de regarder Suzy
Suzy a tout l'air de lui plaire
et c'est ça qui me réjouit

je me faisais un peu de bile
j'avais peur qu'il ne veuille pas
de Suzy dans notre famille
on doit s'épouser dans trois mois

mon frère il a de l'instruction
et de l'éducation
c'est quelqu'un de très bien
et puis je l'aime bien
mon frère d'Angleterre

comme c'est court une semaine
chacun le dit à la maison
moi ça me fait beaucoup de peine
mais j'ai trouvé le temps trop long
depuis le jour où la luzerne
s'est couchée en-dessous Suzy
le pire c'était qu'sur la luzerne
mon frère était couché aussi
ils n'ont rien su et puis quoi dire
en Angleterre c'est loin là-bas
mon frère repart il doit s'instruire
Suzy aura besoin de moi

mon frère retourne en Angleterre
et moi je reste ici
sur ma bonne vieille terre
avec Suzy
on parlera... de toi
mon frère d'Angleterre

 

 

En amour  (reprise de Léo Ferré)

 

en amour 
tout commence par des chansons
tout finit par du chagrin 
en amour 
le cœur a parfois ses raisons 
des raisons qui ressemblent au désespoir 

en amour 
ça commence par des chansons 
ça finit toujours par des chagrins 
les amants du bout de la nuit 
n'ont plus qu'un souci 
celui d'oublier 

pour t'aimer 
je m'enroulerai 
comme un grand vaisseau 
aux houles du cœur 

en amour 
tout commence par des chansons 
tout finit par du chagrin 
en amour 
ça commence par des chansons 
ça finit toujours par du chagrin 

au printemps 
lilas malheureux 
fleuris pour nous deux 
nous ressemblerons 

tu vivras 
tant que je vivrai 
et je m'enroulerai
aux houles du cœur

en amour...
 
en amour
le cœur a parfois ses raisons
des raisons qui ressemblent au désespoir

 

 

Nuit d'absence  (reprise de Léo Ferré)

texte de J.R. Caussimon

 

Il est des nuits où je m'absente discrètement, secrètement

Mon image seule est présent, elle a mon front, mes vêtements

C'est mon sosie dans cette glace, c'est mon double de cinéma

A ce reflet qui me remplace, tu jugerai que je suis là

 

Mais je survole en deltaplane les sommets bleus des Pyrénées

En Andorre la Catalane je laisse aller ma destinée

Je foule aux pieds un champ de seigle ou bien peut-être un champ de blé

Dans les airs j'ai croisé des aigles et je croyais leur ressembler

 

Le vent d'été parfois m'entraîne trop loin, c'est un risque à courir

Dans le tumulte des arènes je suis tout ce qui doit mourir

Je suis la pauvre haridelle au ventre ouvert par le taureau

Je suis le taureau qui chancelle je suis la peur du torero

 

Jour de semaine ou bien dimanche tout frissonnant dans le dégel

Je suis au bord de la mer blanche, dans la nuit blanche d'Arkhangelsk

J'interpelle des marins ivres autant d'alcool que de sommeil

Cet éclat blême sur le givre est-ce la lune ou le soleil ?

 

Le jour pâle attriste les meubles et voilà, c'est déjà demain

Le gel persiste aux yeux aveugles de mon chien qui cherche ma main

Et toi tu dors dans le silence où sans moi tu sais recouvrer

Ce visage calme d'enfance qui m'attendrit jusqu'à pleurer

 

 

Richard  (reprise de Léo Ferré)

 

Nous avons eu nos nuits comme ça moi et moi

Accoudé à ce bar devant la bière allemande

Quand je nous y revois des fois je me demande

Si les copains de ces temps-là vivaient parfois

Si les copains cassaient leur âme à tant presser

Le citron de la nuit dans les brumes Pernod

Si les filles prenaient le temps de dire un mot

A cette nuit qui les tenait qui les berçait

A cette nuit comme une sœur de charité

Longue robe traînant sur leurs pas de bravade

Caressant de l'ourlet les pâles camarades

Qui venaient pour causer de rien ou d'amitié

Nous avons eu nos nuits comme ça moi et moi

Accoudés à ce bar devant la bière allemande

Quand je nous y revois des fois je me demande

Si les copains de ces temps-là vivaient parfois

 

Les gens, il conviendrait de les connaître disponibles

A certaines heures pâles de la nuit

Avec des problèmes d'hommes, ou alors

 

Des problèmes de mélancolie

Alors, on boit un verre, en regardant loin derrière la glace du comptoir

Et l'on se dit qu'il est bien tard...

 

 

Y'a Mustapha  (reprise de Bob AZAM)

Chéri je t'aime, chéri je t'adore
Como la salsa del pomodoro...
ana bahibbak ya Mustafa
Saba'sineen fil-Attarin,
Dulwa'ti gayna chez Maxim...
Ta'ala ya Mustafa, ya ibn el-sarhan
Nisafir Agami wa niliff al-giran
Wamma yigi kayfu, yishrab ala kayfu, kayfu...
Ya Mustafa, ya Mustafa
Ana bahibbak ya Mustafa...chez Maxim
Quand je t'ai vu sur le balcon
Tu m'as dit monte, ne fais pas de façons...
Chéri je t'aime... la salsa del pomodoro...
Tu m'allumais avec une allumette
Et tu m'as fait perdre la tête...

Plus de liaison  (adaptation des TINDERSTICKS)

 

Plus de liaison

Plus de trahison

Plus de liaison

Comment devineras-tu

Si je tremble dans tes bras

Si je soupire dans  tes cheveux

Cette dernière liaison

Maintenant plus de trahison

Plus de liaison

Comment devineras-tu

Si mes bras tremblent

Si j'évite ton regard

Cette dernière liaison

 

Plus de liaison

Plus de trahison

Plus de liaison

Non, plus de trahison

Plus de liaison

Comment devineras-tu

Si je tremble dans tes bras

Si je soupire dans tes cheveux

Cette dernière liaison

Quelque part dans ma tête

Je sais ce qui se passe

Mais tout ça a grandi

Ne me laisse pas le choix

S'amuser, s'amuser seulement

Semble un tel crime à présent

Va jouer, va jouer sur la route

Où tu mourras écrasée

 

Plus de liaison

Plus de trahison

Plus de liaison

Comment devineras-tu

C'était spontané

Mais on a rappelé les autres

On s'est amusé avec nos précédents amants

Il y a foule à l'an

Plus de liaison

 

 

 

Melody Nelson  (texte de Serge Gainsbourg)

 

Ca c'est l'histoire de...

Qu'à part moi même personne

N'a jamais pris dans ses bras

Ca vous étonne, mais c'est comme ça

 

Elle avait de l'amour, pauvre...

Oui elle en avait des tonnes

Mais ces jours étaient comptés

Quatorze automnes et quinze étés

 

Un petit animal cette...

Une adorable garçonne

Et si délicieuse enfant

Que je n'ai connue qu'un instant

 

Oh ma Melody, ma...

Aimable petit conne

Tu étais la condition sine qua non

de ma raison

 

 

 

 

Jewel  (reprise de T.REX)

 

I`ve got a little babe
With jewels upon her lip
I`ve got a little babe
With jewels upon her lip
Her hair`s like a river
It`s fast and slowly drips

She bathes in thunder
The elves are under her
She bathes in thunder
The elves are under her
She walks the wind
And has a panther
With silver fur

Her thoughts are gold
Her eyes electric blue
Her thoughts are gold
Her eyes electric blue
She sleeps upon the dreams
Of me and you.

 

 

 

One day after school  (adaptation d'ARAB STRAP)

 

Avec moi j’me disais qu’il pouvait rien lui arriver
Tu parles elle a pris une fourchette elle se l’est plantée dans le bras
Elle avait l’habitude de m’exciter
Moi non jamais
Après elle disait à ses amies que je la frappais tu parles
Un jour après l’école je suis allé traîner autour de chez elle
Elle m’a offert une p’tite coccinelle en fer blanc, ça c’était bien
Et puis elle me dit que entre nous c’était fini, ça m’a scié, mais scié
J’ai chialé dans le bus, tout l’chemin du retour
J’crois bien que ce dimanche j’ai eu ma première expérience de solitude
Je cognais à la porte pas de réponse
Téléphone pas de réponse
J’ai eut l’impression de cogner la vie entière
J’pensais avoir tant à lui dire
Les flics ont débarqué
Ils m’ont dit « allez pfui mon gars tu dégages »
Ce s’rait sûrement mieux d’vous dire que l’histoire s’est terminée comme ça
Mais elle est revenue avec cette connerie là de «rester amis», ça avait l’air sincère
Je me suis dit bon ben j’te donne ta chance
Ca a été jusqu’à ce que j’la retrouve dans les bras d’un autre
Enserrant le pantalon d’un autre type
Je les ai séparé c’est tout c’que j’ai pensé faire
Et là y’a un autre mec qui m’est tombé dessus
Cogné la tête le con va juste pour l’impressionner
Tu parles il avait envie de la sauter
J’suis rentré à la maison en sang
Là ma mère avait peur de retourner là-bas et de la gifler

 

 

 

VOUS LES FEMMES  (reprise de Julio IGLESIAS)

 

Vous les femmes
Vous le charme
Vos sourires
Nous attirent
Nous désarment

Vous les anges
Adorables
Et nous sommes
Nous les hommes
Pauvres diables

Avec des milliers de roses on vous entoure
On vous aime et sans le dire on vous le prouve
On se croit très forts, on pense vous connaître
On vous dit: toujours, vous répondez: peut-être

Vous les femmes
Vous mon drame
Vous si douces
Vous la source
De nos larmes

Pauvres diables
Que nous sommes
Vulnérables
Misérable
Nous les hommes
Pauvres diables
Pauvres diables

Dès qu'un autre vous sourit on a tendance
À jouer plus on moins bien l'indifférence
On fait tout pour se calmer, puis on éclate
On est fous de jalousie, et ça vous flatte

Vous les femmes
Vous le charme
Vos sourires
Nous attirent
Nous désarment

Pauvres diables
Que nous sommes
Vulnérables
Misérables
Nous les hommes
Pauvres diables
Pauvres diables
Pauvres diables

 

 

 

MOTOR CITY IS BURNING  (reprise de MC5)

 

Version originale (Al Smith / MC-5 )

 

Ya know, the Motor City is burning, babe
There ain't a thing in the world they can do
Ya know, the Motor City is burning people
There ain't a thing that white society can do

 

Ma home town burning down to the ground
Worser than Vietnam

 

Let me tell you how it started now

 

It started on 12th Clair Mount that morning
It made the, the pig cops all jump and shout
I said, it started on 12th Clair Mount that morning
It made the, the pigs in the street go freak out

 

The fire wagons kept comin', baby
But the Black Panther Snipers wouldn't let them put it out
Wouldn't let them put it out, wouldn't let them put it out

 

Get it on

 

Well, there were fire bombs bursting all around the people
Ya know there was soldiers standing everywhere
I said there was fire bombs bursting all around me, baby
Ya know there was National Guard everywhere

 

I can hear my people screaming
Sirens fill the air, fill the air, fill the air

 

Your mama, papa don't know what the trouble is
You see, they don't know what it's all about
I said, your mama, papa don't know what the trouble is, baby
They just can't see what it's all about

 

I get the news, read the newspapers, baby, baby?
You just get out there in the street and check it out

 

I said, the Motor City is burning, people
I ain't hanging 'round to fight it out
I said, the Motor City is burning, people
Just not hang around to fight it out

 

Well, I'm taking my wife and my people and they're on TV
Well, just before I go, baby, [Incomprehensible]
Fireman's on the street, people all around

 

Now, I guess it's true
I'd just like to strike a match for freedom myself
I may be a white boy, but I can be bad, too
Yes, it's true now, yes, it's true now

 

Yes

 

Let it all burn, let it all burn, let it all burn


 

 

EUROPEAN SON (reprise de Velvet Undergroud)

 

Version originale (Sterling MORRISON / Maureen TUCKER / John CALE / Lou REED)

 

You killed your European son
You spit on those under twenty-one
But now your blue car's gone
You better say so long
Hey hey, bye bye bye

You made your wallpapers green
You want to make love to the scene
Your European son is gone
You'd better say so long
Your clown's bid you goodbye