SUICIDEZ-VOUS LE PEUPLE EST MORT
Maxi 45 tours

 

 

Suicidez-vous le peuple est mort Masque d'or La débâcle

 

 

 

 

SUICIDEZ-VOUS LE PEUPLE EST MORT


à Manille respire encore
ma mère dépouillée de son or

qu'on me garde si tu t'endors
ma mère, ta tête dure, tête de mort

suicidez-vous le peuple est mort
suicidez-vous le peuple est mort

pense fort à moi pense au trésor
à ton petit le matador

dégaine vite, dégaine encore

mais dégaine vite, dégaine encore
 
suicidez-vous le peuple est mort
suicidez-vous le peuple est mort


je souffrais, je bouffais mes dents
j'attendais petit cet instant

je bandais fort, oui mais dedans
quel délice, quel soulagement

suicidez-vous le peuple est mort
suicidez-vous le peuple est mort


je t'aimais tard, mais je t'aimais
je prenais mes quarts, je tenais
mais c'est trop tard pour regretter
bien trop tard pour recommencer

suicidez-vous le peuple est mort
suicidez-vous le peuple est mort

 

à Manille respire encore
ma mère dépouillée de son or

frapper pour moi si elle vous mords

sa tête dure, tête de mort

suicidez-vous le peuple est mort
suicidez-vous le peuple est mort

 

pense fort à moi pense au trésor
à ton petit le matador

mais aime vite, aime encore

tire vite, oh tire encore

 

suicidez-vous le peuple est mort
suicidez-vous le peuple est mort

 

je t'aimais tard, mais je t'aimais
je prenais mes quarts, je tenais
mais c'est trop tard pour regretter
bien trop tard pour recommencer

suicidez-vous le peuple est mort
suicidez-vous le peuple est mort

 

 

 

MASQUE D'OR

 

toi t'es sûrement belle quelque part
oh toi t'es sûrement belle quelque part
ton visage fragile comme un décor
je l'ai en mémoire c'est mon masque d'or
je suis sûr de moi quand tu dors
perdu quant t'es en mer du nord


j'attendrai pas le 14 juillet
j't'ai sous la main tu vas y passer
putain d'été
 

 

toi t'es sûrement belle quelque part
oh toi t'es sûrement belle quelque part
les grains de ta peau nous sont comptés
j'ai tant faim ce sont des grains de blé
j'ai soif et tu coules dans une baie

où les algues vont t'entraver


j'attendrai pas le 14 juillet
j't'ai sous la main tu vas y passer
oh putain d'été
 

 

et toi t'es sûrement belle quelque part
oui toi t'es sûrement belle quelque part
dans un pays au sud de l'été
des cargos déchargent des escaliers
qui monteront jusqu'au grenier
où tu devais m'abandonner


j'attendrai pas le 14 juillet
j't'ai sous la main tu vas y passer
putain d'été
 

 

toi t'es sûrement belle quelque part
oh toi t'es sûrement belle quelque part...

 

 

LA DEBACLE

 

la France est partout, partout c'est la France
reste à Villefranche, si c'est bien Villefranche
moi je n'entends plus rien
parle plus fort je n'entends rien
mon père me l'a dit mais je trouve aussi
qu'Adrien se meurt d'ennui
mais je n'entends plus rien
parle plus fort je n'entends rien

pour la première fois nous quittons Paris
les chiens ne suivent pas
je sais que tu m'oublies
mais une dernière fois
protège moi de la nuit
oh tu sais je m'inonde sans toi
je m'inonde sans lui


les chasses à courre, les bagarres, les rires
ces incidents qui m'ont fait souffrir
en désordre Adrien chante et tire
me nargue et se tire
mais la peur, la chaleur l'attirent
dans d'étranges éclats de rire
non je ne vais rien t'écrire
je préfère te le dire

la France est partout, partout c'est dimanche
Adrien me fait peur surtout quand il danse
mais tu ne m'as rien dit
parle plus fort tu ne m'as rien dit
cette pierre lancée contre son enfance
libère des chevaux
qui n'ont plus leur chance
que dirons nous d'Adrien
si toi tu n'en dis rien


pour la première fois nous quittons Paris
les chiens ne suivent pas
je sais que tu m'oublies
pour la première fois
que nous sépare la pluie
oh tu sais je m'inonde sans toi
je m'inonde sans lui

les chasses à courre, les bagarres, les rires
ces souvenirs qui me font souffrir
puis Adrien y prend du plaisir
me nargue et se tire
mais la peur, la chaleur nous attirent
dans ce curieux délire
à quoi bon te l'écrire
je préfère te le dire
je voulais te le dire