01 LOÏ EN - 14
02 PASSÉ LE PONT MIRABEAU
03 MICHIGAN
04 L'OCCASION M'EST VENUE
05 L'EAU DE LA RIVIÈRE
    

 

 

 

 

 

LOÏ EN - 14

 

Supplices atroces

Faux jugements

Quelle bile amère du seigneur Loï

Petite lune comte des Flandres

Tous seront égorgés Loï

Tu peux me mettre à la torture

Mystique hautain que Dieu te crève

Langue vulgaire violeur d'ordures

Amen

 

Eh Loï...

Enlaçons-nous dans le grand feu de l'été

Donnons-nous le baiser des adieux

 

C'est grande épidémie de crimes

Allons tous retrouver les morts Loï

Morts au trépied de fer rouge

A la chair guerre est déclarée Loï

Tous viennent en faire autant

Quel vent de colère divine

Tout nous passe de sacrement

Tout semble finir

 

Eh Loï...

Enlaçons-nous dans le grand feu de l'été

Donnons-nous le baiser des adieux

 

 

Ecraser fait la joie des nobles

Ils mettent le seigneur dedans Loï

Glaive de fer soufre à la main

Tout nous veut simple et ignorant Loï

Palissades fossés profonds

Pastoureaux tous ayez pitié

Voilà le chant mort des bergers

 

Eh Loï...

Enlaçons-nous dans le grand feu de l'été

Donnons-nous le baiser des adieux

 

 

 

PASSÉ LE PONT MIRABEAU

 

Passé le pont Mirabeau

Quel secret de l'univers

Qu'est-ce qu'indique le panneau

Qu'en est-il

Passé le pont Mirabeau

 

Passé le pont Mirabeau

Comment faire appel à Dieu

Quel serait le maître mot

Quel est-il

Passé le pont Mirabeau

 

Passé le pont Mirabeau

Guillaume et Guillaumette

Est-ce qu'au moins il fait beau

Passé le pont Mirabeau

 

Passé le pont Mirabeau

Au hasard des atomes

Vers quelle région éloignée

Se rend-on

Passé le pont Mirabeau

 

Passé le pont Mirabeau

Quelle leçon d'anatomie

Y'a-t-il un mécano

Qui est-il

Passé le pont Mirabeau

   

Passé le pont Mirabeau

Guillaume et Guillaumette

Est-ce qu'au moins il fait beau

Passé le pont Mirabeau

 

 

Passé le pont Mirabeau

Quelle vitesse des corps

Je ne vois rien au hublot

Qu'en est-il

Passé le pont Mirabeau

 

 

Passé le pont Mirabeau

Guillaume et Guillaumette

Est-ce qu'au moins il fait beau

Passé le pont Mirabeau

 

 

 

 

MICHIGAN

 

Je ne vois pas grand Jean

Venir d'aussi loin
Venir pour nous sortir

Du pétrin
Je vois très sombre

L'histoire de nos vies
Je vois nos os mêlés à la Prairie


Je vois dans la lumière du carême
Venir le deuil amen
Est-ce que je vois l'armée de Napoléon ?
Je ne vois rien venir non

 

Je ne vois pas venir tes quinze ans
Frère je ne vois venir que le néant

Je vois ton cœur poussé par le vent

Grand Dieu quels terribles aboiements

 

Je ne vois pas venir sur la Prairie

Le pianiste à cheval c'est fini

Est-ce que je vois l'armée de Napoléon ?
Je ne vois rien venir non

 

Je ne vois pas de choses illimitées

Je ne vois rien pas la peine de chercher

Je ne vois plus le crâne du bison

Je ne vois plus ni pensée ni action

 

Je ne vois plus la racine du chant

Je n'entends plus gémir l'homme blanc

Je vois partout dans la manière de vivre

La queue du chien qui va mourir

 

Je ne vois pas de véritable ami
Me rejoindre au jardin des Tuileries

Je vois sur notre mer qu'est la Prairie

Tout un joyau de neige d'industrie

 

Je ne vois pas l'américain

Faire demi tour

Après sa dure journée de labour

Grand Dieu qu'allais-tu faire au Michigan

Il n'y a plus de délai

Pour le paiement

 

Je ne vois plus d'organismes vivants
Je vois la proie des flammes ton roman

Je vois ton air vexé ton ton traînant
Grand Dieu qu'allais tu faire au Michigan ?

 

Le pianiste à cheval c'est fini

Je vois partout dans la manière de vivre

La queue du chien qui va mourir

 

 

 

L'OCCASION M'EST VENUE

 

Toutes les occasions

Toutes les occasions perdues

Ne se retrouvent plus

 

L'occasion m'est venue

Je crois pendant la guerre

L'occasion m'est venue

De prendre l'hydravion

L'occasion m'est venue

En survolant Compiègne

L'occasion m'est venue

Lorsque j'étais enfant

 

Dans la brume et dans le vent

Au dessus de la mer

A mon instinct d'oiseau

Dans une odeur d'encens

Je crois me souvenir

Au nom des volontaires

L'occasion m'est venue

 

L'occasion m'est venue

Je cherchais l'adversaire

Dominant le tonnerre

Je réclamais des gants

L'occasion m'est venue

En survolant Compiègne

L'occasion m'est venue

D'un mitrailleur allemand

 

En archange en boucher

Pour me faire de la gloire

J'ai voulu m'engouffrer

Pour dominer le temps

Je crois me souvenir

C'était pendant la guerre

L'occasion m'est venue

 

Toutes les occasions

Toutes les occasions perdues

Ne se retrouvent plus

 

L'occasion m'est venue

D'attaquer l'appareil

Sur l'île détrempée

Nous répétions souvent

L'occasion m'est venue

A poil dans les ténèbres

De crever mon moteur

De voir les choses en grand

 

J'avais franchi le col

Je crois autour d'un lac

En toile de parachute

Terrible isolement

Je crois me souvenir

C'était pendant la guerre

L'occasion m'est venue

 

L'occasion m'est venue

Quand je tombais en flammes

Par la tension nerveuse

Je reconnus les mots

L'occasion m'est venue

Jusqu'au cœur de mon âme

Trop loin de Gergovie

Par le grand tremblement

 

En sortant de l'usine

En guerrier légendaire

Gestes de chevalier

Nous répétions souvent

L'occasion m'est venue

Et je suis mort hier

 

Toutes les occasions

Toutes les occasions perdues

Ne se retrouvent plus

 

 

L'EAU DE LA RIVIÈRE

 

Lay Lay

 

L’eau de la rivière

Au mois de mai

Franchit la barrière

Vient t’apprendre à aimer

 

Fini les frontières

Pauvre dadais

L’eau de la rivière

Vient t’apprendre à nager

 

Dans les eaux de la vie

Où le héron vient de plonger

Règne l’âme éblouie

Et mon cœur fait boum, boum, boum

Boum boum boum boum boum

 

Les eaux de l’Amour

Fleuve puissant

Aux premiers beaux jours

M’envahissent le sang

 

A l’heure où s’éveille

Le roitelet

La loutre vermeille

Est déjà à nager

 

Dans les eaux de la vie

Où le héron vient de plonger

Règne l’âme éblouie

Et mon cœur fait boum, boum, boum

Boum boum boum boum boum

 

Lay Lay

 

Tendresse et désir

Dans tes yeux clairs

Toujours m’attirent

Me couvrent de lumière

 

Eaux de mon désir

Torrent profond

Partout je chavire

Dans ta rivière sans nom

 

Et mon cœur fait boum, boum, boum

Boum boum boum boum boum