Tout est dit   

VÉNUS

  Comme au cinéma
  La fin du parcours
  Le monde caressant
  La momie mentalement
  Rouge est mon sommeil
  Le matelot
  Montagne
  Par mégarde
  Vénus

 

 

 

 

 

TOUT EST DIT

pour un simple mot de toi
j'aurais fait n'importe quoi
le pire le meilleur

mais s'éloigne déjà
l'amoureuse voix
qui m'apprivoisait le cœur

oh !tout est dit...

les pierres les peupliers
du pays où je vivais
il faudra les oublier

la promesse de durer
est une mauvaise idée
je ne veux plus y penser

oh tout est dit...

les banales trahisons
les cruelles ascensions
ont eu raison de moi

aucun vol de pigeons
aucune balle de plomb
plus jamais ne m'atteindra


Comme au CINÉMA

quand l'ennui s'empare de moi
je prends ma caméra
je réorganise tout ce qui ne va pas
je prends ma vie pour du cinéma

tous les gestes singuliers
que tu m'as refusés
les situations qui ne se répètent pas
je les mets en scène pour toi

l'amour connais pas
muscles raidis par le froid
il ne se passe plus rien entre toi et moi
ce n'est plus qu'affaire de cinéma

engagée pour le plaisir
le désir les sourires
sous la lumière je ne te reconnais pas
tout reste entre toi et la caméra

mouvements de caméra
l'intrigue je ne sais pas
et si le résultat ne me plaît pas
saurais-tu tout refaire
comme ils font au cinéma

quand le vide s'installe en moi
je mets en scène nos émois
pour une fin triste ou gaie
ça je ne sais pas
nous verrons au montage
comme ils disent au cinéma


LA FIN DU PARCOURS

assis sur un banc j'attends un mirage
l'impossible voyage

et le tourment me rattrape
me détraque

le grand vent m'attaque
je sens la beauté m'échapper
COMME rongé je me sens esquinté
j'ai des visions de prisons brutales
comme Pilate je sens la mise à sac
c'est la fin du parcours

j'aime errer dans le noir sans espoir
je suis les orages pour être foudroyé sans impact
j'ai le corps soudain assassin
compact perdu pour l'attaque
c'est la fin du parcours

quelque chose m'échappe mes réflexes se détraquent
contraint je vomis toujours plus loin de la vie
mais j'ai autant de désir qu'un vampire
qu'un yack j'ai le désir intact
c'est la fin du parcours

et l'allure s'appauvrit se singe à l'envie
le cœur s'affale dans le très banal
l'amplitude s'oublie entre les instants de vie
puis on trouve normal d'avoir toujours plus mal
c'est la fin du parcours

les muscles se lassent le sourire se fane
la peau au contact moins vite se rétracte
le goût se trahit les couleurs s'assombrissent
les passions se chapardent dans d'étranges histoires

puis un fossé grandit à la jeunesse on envie
l'irruption brutale du désir animal
et le corps trahit cheveux dents un souci
par instants on trouve normal dans le cœur une balle
c'est la fin du parcours

dans les chansons tout est dit trois ou quatre ont suffit
c'était le dernier bal
bonsoir et bye bye


LE MONDE CARESSANT

ne juge pas durement ma vie
ne juge pas ton amant
ne juge pas la longue nuit
du cœur itinérant

offre-moi amour un abri
dans ton monde caressant
ne juge pas durement ma vie
ne juge pas ton amant

à ton seul nom de désir
mon désir pour toi est grand
toujours attentif à jouir
à jouir du présent

que tu m'offres amour à mourir
dans ce monde caressant
dans ta chambre ventre joli
laisse régner ton amant

ne laisse pas s'échapper la vie
du cœur qui t'attend
laisse-moi être celui
que tu aimes tendrement
ne juge pas durement ma vie
ne juge pas ton amant


LA MOMIE MENTALEMENT

la même ordure même amant
mêmes gerçures même sang
la même étude même chantier
même devise même cruauté

même destin polyvalent
même brèche mêmes dents
même berceau même astrakan
mêmes lèvres du même allant

la même momie mentalement

même vermine même sang
même truite
même seigneur même catin
même savate même poing

même novice partisan
même steak stoïquement
même vandale même hobereau
même boxeur de la même eau

même putschiste
même punition
même rouerie
même dons

la même momie mentalement

mêmes pleurs même plein vent
même renard même amant
même patriote même boyau
même nonchalance même nécro
même mépris même menton
même mine même nom

la même momie mentalement


ROUGE EST MON SOMMEIL

rouge est mon sommeil
d'un rouge vermeil
rouge est mon sommeil amour
comme rouge est la charrette
que le grands bœufs traînent
entre la nuit et le jour

par Marx Jupiter
Coli Nungesser
rouge est mon sommeil amour

et rouge est l'appareil
qui me réveille
rouge est le bordel amour


sous la pluie cruelle
noire est ton ombrelle
noir est le sommeil amour

comme sec est le grésil
qui broie nos jonquilles
sec est le grésil amour

rouge est le ciboire
que nous aimions croire
rouge est la mémoire amour
sous le décamètre
que le Vatican rêve
rouge est la querelle amour

comme le phacochère
perdu dans la guerre
rouge est la sambre amour

au pus que sécrète
l'ambitieuse bête
rouge est mon sommeil amour

rouge est la panthère
sous le cimeterre
rouge est la panthère amour

de Salman as-tu des nouvelles ?…


LE MATELOT

tu n'aimes plus mon impatience
tu n'aimes plus mes défauts
tu n'aimes plus mon exubérance
Dieu quelle cacophonie
où est passée la voix du ténor ?
où est la mélodie ?
quelle fièvre quelle vengeance
a fait de ta mémoire son lit ?

tu n'aimes plus même mes silences
mon masque grave t'ennuie
nous n'avons plus la même patience
pour les mêmes ennemis
aux mêmes jours la même errance
oh ! quelle tragédie
quelle envie quelle indécence
nous jette en amour comme maudits ?

je suis toujours quoi que tu penses
toujours ton matelot
je n'ai que toi quand ça balance
quand ça tangue un peu trop
range au fourreau ta méfiance
est-il utile de dire les mots ?
quoi retourner à Florence
prendre le contrôle de ta peau ?

viens ma vie viens clémence
j'attends Roc de Cussau
viens de cette même nonchalance
qui sait toujours me mettre k.o.
où est passée la romance ?
où est le matelot ?
dieu sait que ton fer de lance
est planté assez profond dans ma peau


MONTAGNE

je suis heureux
ça c'est montagne
amoureux
ça c'est la montagne
tu peux au mieux
être rivale
tu peux au mieux
dans tout cet attirail

ça fait des mois que je souffre
tu rejettes la montagne
comprends-moi
je suis montagne
tu peux au mieux
mettre ta pagaille
tu peux au mieux
brouiller les détails

je pense à ce que tu as mis
entre nous et la montagne
tu joues au jeu
de la plus grande faille
tu peux au mieux
engager la bataille
comme les vieux

neiges éternelles
tu dis détail
tu es le sel de ma montagne

oh ! vois j'ai dans les yeux
le bleu de l'eau des montagnes
dans ma voix
l'accent des gens de montagne
des plaines en feu...
je vois peu à peu
le vent joyeux

que je sois heureux
tu te dis égal
moi je suis malheureux
que tu n'aimes pas la montagne

oh ! va tu peux
de la plaine venir Durandal
ce n'est pas demain
que tu vas ouvrir la faille
je ne crains pas
d'engager la bataille
je n'oublie pas
que je suis de François le vassal

malheureux ça c'est montagne
tu préfères ta limagne
n'oublie pas que ici
mon vrai nom c'est bercail


PAR MÉGARDE

vois comme tu m'aimes
comme tu me parles
je ne saurais plus
en faire un drame

oui j'ai l'âme en peine
j'ai le cœur en panne
tu ne m'aimes plus
que par mégarde

dis où vont tes rêves
quand tu te hasardes
quand tu ne m'aimes plus
que par mégarde

c'est le vieux problème
ma vallée de larmes
tu ne m'aimes plus
que par mégarde

et je dis
oh oh oh amour
à tire-larigot je t'aime...

amour ta tendresse
est comme une lame
dont tu me transperces
où je m'empale

ne sois pas cruelle
je rends les armes
prêt à tout
pour que tu me gardes

et je dis
oh oh oh amour
à tire-larigot je t'aime...


VÉNUS
Épitaphes

- d'un amoureux souci
exclusivement le tien

- ta langueur cramoisie
languissant sur mon sein

- embesogna les filles
mais mille trépas ne sont rien

- englué dans l'abîme
un frelon musicien

- aux oreilles de cire
contrefait parnassien

- allongé courtise
faux gaillard angevin

- comme un tison hardi
que Vénus retient

- ouvrier doux Achille
un bouvier le plus loin

- nu aux sources du Nil
un pinson en tous temps

-......................
que Vénus retient ...